Cliché médico-légal

L'affaire de la désinformation de Charleroi

Une femme dans un asile psychiatrique qui fait office de maison pour personnes âgées © Giovanni Troilo

Depuis plusieurs années, l’annonce du World Press Photo est habituellement accompagnée par son lot de débats tournant principalement autour de la limite de la retouche en photojournalisme. Cette année pour ne pas déroger à la règle on a beaucoup parlé du taux de recalés lors des phases finales pour des raisons principalement de retouches "trop marquées" illustrées par la suppression ou l’ajout d’éléments sur leurs clichés. Mais contre toute attente, c’est quinze jours après les nominations, qui ont eu lieu le 12 février 2015, que la vraie histoire commence. Cette affaire pose cette fois la question de la mise en scène en photojournalisme. Car quand Giovanni Troilo avec sa série « The Dark Heart of Europe » (La ville noire en français), a été accusé de mise en scène, le directeur du World Press Photo l’a d’abord défendu en qualifiant son travail de "vision d’auteur".

Squal

Article complet


Page 15 sur 17